"Le journalisme scientifique dans les controverses"

Changement climatiques, perturbateurs endocriniens, OGM… Nombreuses sont les controverses qui ont largement débordé le cadre scientifique pour investir le champ médiatique ces dernières années.

Changement climatiques, perturbateurs endocriniens, OGM… Nombreuses sont les controverses qui ont largement débordé le cadre scientifique pour investir le champ médiatique ces dernières années.

Ces trois cas d’études ont été au cœur du colloque sur « le journalisme scientifique dans les controverses » organisé le jeudi 17 octobre 2013 par l’Association des journalistes scientifiques de la presse d’information (AJSPI) et l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC) en partenariat avec l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST).

Autour de tables rondes, des journalistes, des scientifiques, des chercheurs en sciences sociales et des parlementaires sont revenus sur le traitement de ces controverses, où les enjeux économiques, les problèmes éthiques et les questions politiques s’additionnent aux désaccords sur les connaissances scientifiques. Ces polémiques soulèvent en effet plusieurs questions : quelle doit être la place du journaliste scientifique dans ces controverses : un simple rapporteur ou un acteur à part entière ? Comment fonctionne la chaîne d’information scientifique à l’épreuve des intérêts économiques et politiques ? Quelles sont alors les relations entre les scientifiques, les journalistes et les institutions ?

Sylvestre Huet, journaliste à Libération, président de l’Association des journalistes scientifiques de la presse d'information et coordinateur de cette journée a répondu à nos questions sur l’origine du colloque et a fait part de son expérience personnelle des controverses scientifiques :

Hervé Le Treut, climatologue, explique les raisons de sa participation au congrès et donne sa vision des rapports entre scientifiques et journalistes :

Une multitude de thématiques semblables n’ont pas été abordées lors de cette journée : le nucléaire, les nanotechnologies et le gaz de schiste pour ne citer qu’elles. De quoi donner des idées aux organisateurs pour un prochain colloque.

Laisser un commentaire