Les sciences, la vérité et l'opinion publique : retour sur l'édition 2013 du Forum Science, Recherche et Société

La 5e édition du Forum Science, Recherche et Société se tenait au Collège de France le 23 mai dernier.

Je me suis rendu hier au Collège de France pour suivre toute la journée la quatrième édition du Forum Science, Recherche et Société, organisé par le Magazine 'La Recherche' et 'Le Monde'.

L'idée de départ de ce forum est simple : il n'y a pas encore assez de lieux, en France, où chercheurs et citoyens se réunissent pour discuter ensemble des grandes questions scientifiques et sociales qui sont régulièrement traités - pas toujours en profondeur, malheureusement - par nos médias. Car "la science n'infuse pas assez dans la société française, quoiqu'on en dise", déplore Aline Richard, directrice de la rédaction de La Recherche :

Hormis quelques bizarreries telles que la retransmission vidéo d'une allocution enregistrée de Geneviève Fioraso dont la valeur ajoutée m'a un peu échappé ou le faible nombre de femmes intervenues à la tribune, j'ai été séduit par le format retenu : les débats ont été riches et nombreux.

Indubitablement, le premier moment fort de la journée a été la conférence plénière d'ouverture, relative aux rapports entre science et vérité. Elle réunissait Jean-Claude Ameisen, président du Comité consultatif national d'éthique, Pierre-Henri Gouyon, biologiste, professeur au Muséum national d'histoire naturelle et Sciences Po, Etienne Klein, directeur de recherche au CEA, physicien et philosophe et José-Alain Sahel, médecin ophtalmologiste, directeur de l'Institut de la vision.

Scientisme et relativisme

A défaut de consensus complet sur cette question, tous les intervenants ont souligné que nos représentations actuelles de ce qu'est la vérité en sciences sont aujourd'hui encore traversées par deux conceptions opposées : le relativisme et le scientisme. Opposées ? Peut-être pas temps que cela : les deux sont selon eux le produit d'une mauvaise compréhension de la façon dont la science se construit. De sorte que les intervenants, que je suis allé rencontrer après la conférence, renvoient dos à dos l'attitude arrogante d'une science tentée de vouloir régir tous les domaines de l'activité humaine et la course au néant intellectuel auquel conduit le relativisme à tout crin :

Vérité scientifique et opinion publique

Second moment important de la journée, à mes yeux : la restitution du sondage IPSOS, intitulé "les Français et la science en 2013". Le sondage tend à montrer que les Français semblent dans l'ensemble avoir une bonne image de l'activité scientifique et même, comme dit Hervé Le Bras, qu'il n'y a pas de "fracture scientifique", comme on a pu parler de "fracture numérique". Un sérieux bémol, tout de même : beaucoup d'entre eux ont des doutes sur l'indépendance et l'impartialité des chercheurs... Je vous laisse découvrir ci-dessous la présentation des résultats du sondage faite par Brice Teinturier.

A l'issue de la restitution, je suis allé demander à Fabien Calvo (Cancer Aviesan et INCa), Sylvane Casademont (MESR) et Hervé Le Bras, démographe, mathématicien et historien, ce qui dans les résultats du sondage leur a paru le plus important.

Je publierai bientôt d'autres interviews tirées de ce forum. N'hésitez pas à vous abonner à la newsletter de 'SpeakScience' pour être tenu au courant !

Laisser un commentaire